"Ca fait du bien de retrouver les parquets"

Camille Aubert : « Ça fait du bien de retrouver les parquets »

samedi 07.02.2009 - La Voix du Nord

 Camille Aubert retrouve ce soir contre l'UHB le championnat de Ligue après une blessure qui l'a éloignée pendant six mois.
Camille Aubert retrouve ce soir contre l'UHB le championnat de Ligue après une blessure qui l'a éloignée pendant six mois.

|  BASKET-BALL (LIGUE FÉMININE) |

Ancienne meneuse de l'USVO, partie en fin de saison dernière après la fusion alors qu'il lui restait deux ans de contrat, Camille Aubert retrouve ce soir le championnat avec Rezé. Elle reçoit l'UHB avec envie, après une rupture des ligaments croisés du genou qui l'a tenue éloignée des terrains toute la première partie de saison.

PAR PHILIPPE GUILBAUD

valenciennes@lavoixdunord.fr PHOTO BRUNO FAVA

Vous rejouez en championnat pour la première fois depuis plus de six mois, quel effet cela fait ?

«  Ça fait vraiment du bien de retrouver les parquets. J'ai déjà joué deux matches, un amical contre Mondeville et en coupe contre Pleyber-Christ. Physiquement, je suis bien, car j'ai fait un très gros travail avec le préparateur physique du club. J'en ai bien bouffé. Mais entre la piste et les matches, c'est un autre rythme, surtout qu'il faut que je m'adapte au collectif. » Avez-vous eu de l'appréhension ?

«  Sur le premier match un petit peu. Mais pour l'avoir déjà vécu (elle a eu une rupture des ligaments du genou droit en 2004), je sais qu'il ne faut pas trop y penser. Le kiné, me l'a d'ailleurs dit : "il faut t'enlever le genou de la tête". J'ai eu une petite gêne en début de semaine et je ne me suis pas trop entraînée, mais ça ira contre l'UHB. » Comment avez-vous vécu cette première partie de saison ?

«  J'ai suivi l'équipe, mais ce n'est pas facile quand on est sur le côté. Les résultats ne sont pas à la hauteur de ce qu'on attendait. Et moi je ne pouvais pas aider. C'est dur de voir les filles souffrir, être mentalement dépitées. Les mots ne remplacent pas les actes. À côté, je poursuis toujours mes études (STAPS). Je termine ma première année en deux ans et je vais aller au moins jusqu'à la licence. Cette année, c'est plus facile, car il n'y a pas la coupe d'Europe en semaine. » Qu'est-ce qui explique les difficultés de Rezé ?

«  On a mis du temps sur le recrutement et tout le monde a été surpris du niveau du championnat. Il a fallu du temps pour s'adapter. On a perdu beaucoup de matches de peu alors qu'on maîtrisait pendant trente minutes. » Quels sont les objectifs aujourd'hui ?

«  On ne se met pas la pression, il y a suffisamment de gens autour pour le faire. On ne parle pas de maintien, mais de victoires. C'est ce qu'on veut. La trêve ne pouvait pas arriver mieux. Tout le monde a soufflé, s'est aéré la tête et on attaque un nouveau championnat.

L'équipe est toujours aussi soudée. Le club a recruté une troisième meneuse (Bouderra, en plus de Vincente) et on a trois profils différents.

De mon côté, je veux retrouver mes sensations, et un bon niveau (*). » Comment se présente la venue de l'UHB ?

«  On en a parlé toute la semaine. C'est une grosse équipe, avec des joueuses athlétiques, mais tout est jouable car tout le monde est en reprise. En plus, on va jouer dans la salle Beaulieu, celle des garçons et il devrait y avoir du monde. Je n'ai pas de sentiment de revanche avec le club. J'aurais pu rester, mais Fabrice avait fait son équipe. Et ici, j'ai une vie qui me plaît. » •

> Camille Aubert a signé pour deux ans à Rezé, mais dispose d'une clause libératoire en cas de descente.



08/02/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres